Le régime d’Alger rappelé à l’ordre par le HCDH de l’ONU

Dans un communiqué, le porte-parole du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme a appelé les autorités algériennes à mettre fin à la «violence à l’encontre des manifestants pacifiques» du mouvement du Hirak.Le porte-parole du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme (HCDH), Rupert Colville, a fait part ce 5 mars de l’inquiétude de l’organisation quant à la situation en Algérie où le mouvement populaire du Hirak, né en février 2019, est reparti de plus belle depuis plusieurs semaines. 
«Nous sommes très préoccupés par la détérioration de la situation des droits de l’Homme en Algérie et par la répression continue et croissante contre les membres du mouvement pro-démocratie Hirak», poursuit le document.Selon l’HCDH, dans le but de «réprimer des manifestations pacifiques», les forces de l’ordre ont à de nombreuses reprises recouru à une «force excessive». Se référant à des informations qu’elle juge fiables, l’organisation fait état de «centaines» d’arrestations depuis la reprise des manifestations, le 13 février 2021.